Comment fonctionne le système fiscal suisse ?

Le système fiscal regroupe les décrets et lois prenant en charge les taxes et impôts exigés dans un état en fonction des obligations financières de ce dernier. La fiscalité de chaque pays se démarque par certains critères spécifiques. Cette variation se définit par des caractéristiques distinctes et est majoritairement influencée par le PIB de l’état concerné. A travers cet article, partez à la découverte du système fiscal suisse, de ses différents rouages et particularités.

Le système économique suisse

L’économie de la Suisse se distingue notamment par sa grande compétitivité. Cette économie florissante est majoritairement régie par l’exportation favorisée par les petites et moyennes entreprises. La qualité des services fournis par ces entreprises permet à la Suisse de maintenir de très bonnes liaisons avec les autres pays sur le plan économique et favorise par la même occasion l’épanouissement du commerce extérieur.

La rareté ou plutôt la quasi-inexistence des ressources naturelles en Suisse fait partie de l’un des facteurs principaux ayant conduit les entreprises de ce pays à s’ouvrir sur le marché international. Par conséquent, on répertorie en Suisse un nombre assez considérable d’entreprises, ce qui explique l’avènement de nombreuses sociétés fiduciaires et le faible taux de chômage.

La Suisse doit son économie prestigieuse non seulement à ses activités bancaires et à son système d’exportation, mais aussi à la productivité de sa population. En effet, ce pays est en majeure partie peuplé de travailleurs très actifs. Ce dynamisme est surtout ce qui contribue à l’accroissement progressif du PIB figurant actuellement dans le top 10 des pays ayant le PIB le plus élevé par population.

Les taux de la TVA en Suisse

La taxe sur la valeur ajoutée, encore connue sous l’acronyme de TVA, est une imposition sur les consommations. Elle est collectée par l’Etat, mais par le biais des vendeurs et fournisseurs de biens et services. La TVA fait office du pilier même de l’économie d’un état et représente la majorité des fonds fiscaux récoltés.

Comparée aux autres pays européens comme la France, la Suisse dispose d’un taux de TVA relativement bas. Ce taux s’élève à une proportion de 7,7%, mais peut être réduit à 3,7% ou 2,5% en fonction de certains critères spécifiques. La taxe sur la valeur ajoutée est collectée dans ce pays par la Confédération, en vertu du décret 130 de la Constitution fédérale.
Le pourcentage de 7,7% du taux normal de la TVA suisse prend en compte l’acquisition des biens et services auprès des prestataires ou commerçants. Ensuite, nous avons le taux restreint s’élevant à 2,5%. Celui-ci concerne le secteur de l’alimentation, de la documentation, de la pharmacie, du sport et de la culture. Enfin, le dernier taux de 3,7% est un taux spécial qui est applicable uniquement aux services d’hébergement.

L’attractivité fiscale en Suisse pour les entreprises

Sur le plan international, la Suisse fait partie des pays ayant les plus bas tarifs d’impôts. Ce taux d’imposition très alléchant attire les entreprises comme des abeilles autour d’une ruche de miel. Et force est de constater qu’il ne cesse de baisser continuellement pour les entreprises logées sur le territoire suisse, comparé aux chiffres recueillis durant les années antérieures.

Ce faible taux d’imposition sur les bénéfices générés est principalement ce qui explique la ruée des entreprises internationales en Suisse. De plus, ce pays représente encore une plus grande aubaine pour les entreprises et les sociétés, notamment grâce au dynamisme des employés suisses et l’amabilité des autorités gouvernementales de ce pays.

Jules Grandet

Spécialiste en immobilier, Jules Grandet propose de découvrir différents dispositifs permettant de défiscaliser ses investissements immobiliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.